Rechercher

Pour être bon, il faut être bien: l'origine

La dureté du mental, et ses limites.


En 2016, pendant les Jeux Olympiques de Rio, Maxime Boilard publiait dans la Presse l'article Pour être bon, il faut être bien . Si au départ son intention était de provoquer le monde du sport, c'est surtout dans les entreprises que CANU a mené des démarches avec cette thématique. Et si une partie de la souffrance qu'on s'inflige au travail était facultative?


Le rapport à l'effort et au résultat y est pour beaucoup. Dans la vidéo ci-haut, Maxime s'appuie sur son expérience et présente certaines des croyances à surmonter pour favoriser le bien-être dans la quête de l'excellence.



Ci-bas, la version audio











48 vues0 commentaire